mercredi 12 avril 2017

L'ombre de nos nuits

L’ombre de nos nuits – Gaëlle Josse

Éditions Noir sur Blanc (2016)

Trois voix s’élèvent dans ce roman : celle de Georges de La Tour, peintre du XVIIème siècle, celle de Laurent, son apprenti, un garçon que le Maître a recueilli alors qu’il errait, orphelin, après avoir vu toute sa famille décimée par la peste et puis, bien plus proche de nous dans le temps, une jeune femme qui, pour occuper quelques heures entre deux trains, visite le musée des Beaux-Arts de Rouen et s’arrête devant un tableau de Georges de La Tour, fascinée par le visage de la femme qui soigne un homme blessé par des flèches. Ce tableau, c’est Saint Sébastien soigné par Irène (dit « à la lanterne »), et c’est lui que l’on peut voir en partie sur la couverture de ce roman.
En ce début d’année 1639, à Lunéville, Georges de La Tour commence à travailler sur un nouveau tableau qu’il destine au roi de France. Il a réfléchi à son sujet et a décidé de prendre sa fille, Claude, comme modèle d’Irène soignant Saint Sébastien, cette femme éclairée par une lumière douce dans une attitude tendre et appliquée. Il charge Étienne, son fils, et Laurent, son apprenti, de préparer les pigments qu’il va utiliser. Laurent est secrètement amoureux de Claude et les séances de pose sont pour lui une occasion d’observer la jeune fille, d’apprécier sa beauté et les efforts qu’elle fait pour répondre aux attentes de son père, même s’il sait qu’elle en aime un autre que lui. Lorsque le tableau sera terminé, Étienne et Laurent accompagneront le Maître dans leur périlleux voyage vers Paris afin de présenter le tableau au monarque.
La narratrice, quant à elle, retrouve dans l’attitude de la jeune femme du tableau, aimante et attentionnée celle qu’elle a été auprès d’un homme quelques années auparavant. Un amour qui n’est plus mais qu’elle regrette encore. Face au tableau, elle se rappelle ce qu’elle a vécu dans cette relation, ses espoirs et ses frustrations face à un homme égoïste et blessant.


J’ai été moins sensible au récit contemporain qu’à celui du peintre et de son assistant. Le récit de la jeune femme est touchant mais j’ai eu un peu de mal à le relier au tableau. Ce que j’ai aimé le plus dans ce roman, c’est de pouvoir accompagner la création de l’œuvre grâce aux réflexions du Maître, son inspiration, ses ambitions. J’ai été émue par le talent d’observation de Laurent, l’assistant, sa sensibilité, la conscience qu’il a de sa position et ses projets toujours au service de la peinture.

C’est un livre délicat, écrit dans une langue subtile et j’y ai retrouvé le plaisir éprouvé lors de la lecture des précédents romans de Gaëlle Josse. Encore une fois, l’impression de faire une pause hors du temps, de se concentrer sur des sensations, des couleurs, de ressentir la magie de l’écriture.

Page 14-15 :
Terre de Sienne, ocre, blanc, carmin, vermillon. La terre et le feu. Et la présence invisible de l’air qui fait vivre la flamme. Je n’ai pas besoin de plus sur ma palette.
Dès demain, je demanderai à Étienne et à Laurent de commencer à préparer les pigments. Étienne est assez habile à cela. Doser, broyer, mélanger. C’est un garçon capable lorsqu’il s’en donne la peine, à défaut d’être un peintre doué. Je le sais, je suis son père, et je regrette d’avoir à m’avouer cette réalité. Il progresse depuis qu’il est entré en apprentissage auprès de moi, mais c’est lent, bien lent. Je souhaite qu’il prenne ma suite, j’espère qu’il s’en montrera capable. Il recevra ma notoriété en héritage, mais il devra travailler dur.
Laurent, mon autre apprenti, est plus vif, plus à l’aise avec le dessin et le maniement des couleurs. Je le vois faire. Son trait est sûr, il n’hésite pas longtemps pour tracer un sujet sur la toile. Pas assez, peut-être, mais j’étais ainsi dans ma jeunesse. Il fallait que ma main exécute aussitôt ce que j’avais en tête. C’est en avançant dans mon art que je m’interroge davantage. Je le vois s’y prendre avec les tissus, les plis, les matières, c’est prometteur. Je me rends compte qu’Étienne lui envie cette facilité. Il y a entre eux une rivalité qui n’ose dire son nom, j’espère que les choses en resteront là. J’ai besoin de silence absolu, de calme quand je peins, je ne veux pas être dérangé par ces enfantillages. L’un d’eux est mon fils, l’autre a du talent, j’ai besoin des deux.

Page 16 :
J’ai entendu Claude se lever tôt ce matin. Lorsqu’elle est descendue nous rejoindre à l’atelier, j’ai remarqué qu’elle s’était lavé le visage et peigné ses cheveux avec un soin tout particulier. Puisqu’elle va retenir l’attention de son père dans ses moindres détails pendant de longues journées, j’imagine qu’elle a voulu se rendre aussi présentable que possible, même si elle n’a aucun besoin d’artifices pour se mettre en valeur.

Page 21 :
Je t’avais oublié, ou presque, depuis toutes ces années. Enfin, pas tant que ça, finalement. Le temps nous pousse vers notre vie, il nous faut nous réinventer, oublier pour pouvoir continuer. La capacité d’oublier est peut-être le cadeau le plus précieux que les dieux ont fait aux hommes. C’est l’oubli qui nous sauve, sans quoi la vie n’est pas supportable. Nous avons besoin d’être légers et oublieux, d’avancer en pensant que le meilleur est toujours à venir. Comment accepter sinon de vivre, sidérés, transis, douloureux, percés de flèches comme cet homme qu’une femme aimante tente de soigner ?
D'autres avis sur ce roman chez Laure, Nicole, Blablablamia et Sabeli.

Découvrez Gaëlle Josse dans deux vidéos sur le site de l'éditeur, dont celle-ci :


vendredi 7 avril 2017

L'odeur de la forêt

L’odeur de la forêt – Hélène Gestern

Arléa (2016 )

Élisabeth Bathori est historienne de la photographie et de la carte postale. Suite au décès de son compagnon, elle a interrompu son activité professionnelle et a sombré dans une dépression pendant de longs mois. Cherchant à reprendre pied, elle accepte un travail à l’Institut photographique des mémoires du siècle. Sa première mission la met en présence d’un album de photographies prises par un jeune officier, Alban de Willecot, alors qu’il combattait dans les tranchées de la Grande Guerre. À l’album sont jointes des lettres et des cartes postales adressées à son meilleur ami, un poète réputé à l’époque, Anatole Massis. Élisabeth est immédiatement consciente que ces documents constituent un témoignage exceptionnel, à la fois sur la guerre de 14-18 mais aussi sur des évènements privés de la vie du poète, et leur analyse va l’amener à enquêter sur la famille et les proches d’Alban de Willecot. Ses recherches la feront voyager à la fois dans l’espace et dans le temps, puisqu’elle ira jusqu’à Lisbonne pour recueillir un carnet crypté très mystérieux et que ses découvertes sur la famille d’Alban la conduiront à démêler des secrets allant jusqu’à la période de la seconde guerre mondiale.

C’est un gros livre de près de 700 pages et mon résumé ne fait qu’effleurer une histoire vraiment très dense et très riche, qui aborde de nombreux sujets : la vie dans les tranchées, l’apport de la photographie au témoignage sur la Grande Guerre, la censure des écrits et des images, les exécutions au sein de l’armée, pour n’en citer que quelques-uns qui concernent le conflit de 14-18. J’ai beaucoup aimé suivre les méthodes de l’historienne dans son analyse des documents : comment elle échafaude des hypothèses en fonction de ce qu’elle découvre dans les lettres, les photos et le carnet et comment elle doit sans cesse revenir sur ce qu’elle croyait acquis, refuser de céder à la facilité et insister lorsqu’elle a conscience que ce qu’elle envisage gêne certaines personnes. La nature des supports étudiés amène aussi une grande variété au récit, même si seules certaines lettres d’Alban sont retranscrites. Mais la description du carnet crypté et surtout celle des photos sont si détaillées qu’on a souvent l’impression d’avoir les documents sous les yeux.

Mon seul bémol dans l'appréciation de ce roman, c’est finalement l’histoire d’amour entre Élisabeth et Samuel, un homme qu’elle rencontre au Portugal, et dont l’attitude reste un mystère. Néanmoins, c’est en réagissant pour se sortir de cette relation qu’Élisabeth trouve des ressources pour surmonter son deuil et reprendre le contrôle de sa vie. Un épisode donc nécessaire mais les atermoiements et les revirements de Samuel m'ont un peu agacée.

Ce que j’ai admiré dans ce roman au-delà de l’intrigue, c’est sa construction, la façon dont l’auteur entremêle les différentes histoires qui le composent pour transformer ce qui semble au départ n’être que la recherche d’une vérité familiale en un véritable travail d’historien qui met à jour des pratiques militaires longtemps occultées et des trahisons sous l’Occupation. J’ai également bien aimé le clin d’œil d’Hélène Gestern vers un de ses précédents livres, Eux sur la photo, lorsqu’elle fait intervenir son héroïne, Hélène Hivert, pour aider Élisabeth dans ses recherches.

Un roman très réussi, que je conseille fortement !

Avec cette lecture, j'atteins mon objectif dans le cadre du challenge 1% rentrée littéraire 2016.


dimanche 2 avril 2017

Le grand marin

Le grand marin – Catherine Poulain

Éditions de l’Olivier (2016)

Lili a fui Manosque-les-Plateaux, Manosque-Les-Couteaux comme elle dit, pour traverser les États-Unis en bus Greyhound jusqu’au-delà de la « dernière frontière », l’Alaska, où elle rêve d’être engagée sur un bateau de pêche. Après quelques jours de recherche sur le port de Kodiak, elle trouve une place de matelot sur le Rebel, un palangrier qui pêche la morue noire au large. La campagne commence par trois semaines à terre, à démêler et réparer les lignes, changer les hameçons tordus, appâter les palangres, préparer le bateau. Lili fait connaissance avec les autres membres de l’équipage, certains sont des marins aguerris come Ian, le skipper, le grand gars maigre comme elle l’appelle, Jude l’homme-lion, le grand marin, Jesse le mécano ; Simon, un étudiant californien venu se faire de l’argent, est comme elle, un débutant, un « green ». Après une dernière nuit de tournées dans les bars du port, la campagne de pêche commence et Lily découvre alors un autre monde, un monde où on ne s’appartient plus, où on bosse à toute heure, en fonction de la pêche. Un monde pas tendre avec les « green » sur un bateau où il y a seulement six couchettes pour neuf et où ce ne sont pas forcément les premiers arrivés les premiers servis.
Ensuite, lorsque la campagne de pêche à la morue noire sera terminée, c’est à la pêche au flétan que participera Lily, toujours sur le Rebel. Et là, c’est encore un niveau au-dessus, en partie en raison de la taille du poisson lui-même, qui nécessite un vrai corps à corps une fois arrivé sur le bateau, des efforts surhumains que Lily veut accomplir, mue par une volonté venue d’on ne sait où. D’ailleurs, on ne saura rien du parcours de Lily, même si on devine qu’elle a été cabossée par la vie.


C’est un livre coup de poing qu’a écrit Catherine Poulain, qui a elle-même été pêcheur en Alaska pendant dix ans. Et cela, on n’a aucun mal à le croire, tant son récit est réaliste, tant on sent qu’elle a vécu ce qu’elle raconte, la violence de la pêche lorsqu’il faut mettre les palangres à l’eau puis les remonter, le danger de ces opérations où chacun a son rôle et sa place sur le bateau. Et puis ensuite, il faut décrocher les poissons, les vider et les nettoyer, les stocker dans les cales dans la glace, et puis ré-appâter les lignes et les remettre à l’eau, tout ça dans un temps le plus court possible, dans le froid, les vagues, les mouvements du bateau.

C’est un livre passionnant, par son réalisme et par la galerie de personnages qu’il fait découvrir, des marins qui vivent dans des conditions épouvantables, pour des gains qui ne sont jamais assurés. Il suffit que la pêche soit mauvaise ou que le matériel casse pour que le pactole espéré ne soit pas au rendez-vous ! Seule solution alors, traîner son ennui dans les bars du port en attendant la prochaine campagne de pêche.   

J’ai découvert Catherine Poulain dans l’émission de François Bunel, La Grande Librairie et elle est vraiment conforme au personnage de Lily, une petite femme discrète avec une âme d’aventurière.

mercredi 22 mars 2017

Savannah

Savannah – Jean Rolin

P.O.L (2015)

Le 27 août 2014, Jean Rolin atterrit à Savannah, dans l’état de Géorgie, là où il séjourna en 2007 avec sa compagne, Kate Barry, décédée depuis en 2013. À l’époque, ils avaient entrepris ce voyage sur les traces de Flannery O’Connor, romancière américaine à laquelle Kate voulait consacrer un film. Maintenant, en 2014, c’est sur leurs propres traces, celle de Kate et la sienne, que revient l’écrivain, tentant de remettre ses pas dans ceux de 2007, se remémorant leur voyage, en s’aidant des bouts de films et des photos de Kate. 

C’est à la fois un journal de voyage et un tombeau à l’absente que propose Jean Rolin avec ce livre. Son insistance à refaire exactement les mêmes choses qu’en 2007 est très touchante, même si c’est parfois impossible. Ainsi, le motel où ils s’étaient installés est fermé, l’obligeant à prendre une chambre ailleurs. De même, il passe du temps à retrouver le reflet des deux palmiers dans une flaque d’eau, ce qui finit par arriver après un orage providentiel le 2 septembre.

Un texte émouvant mais jamais triste, tant Jean Rolin s’attache à montrer la gaité et la fantaisie de sa compagne, sa facilité à nouer des relations amicales avec les gens qu’elle rencontre, comme le chauffeur de taxi qui va les accompagner plusieurs jours dans leurs déplacements. Et pourtant, on sent bien la peine de l’auteur, prête à surgir, mais qu’il maintient à distance en s’obligeant à reconstituer au plus près les étapes du voyage. Une grande tendresse s’exprime dans ce témoignage poétique et sincère.

Extrait page 102-103
Le jour même de mon retour à Savannah, dans les heures qui suivirent je revis le petit homme au parapluie roulé : il était en train de fumer, assis sur un muret faisant face à la grille cadenassée du motel en friche, et dans une position telle qu’il se serait trouvé dans le champ des images faites par Kate le soir de notre installation dans ce motel. Auparavant, sitôt débarqué du bus en provenance de Macon, je m’étais rendu au musée d’histoire locale, lequel est situé non loin de la gare routière. Je m’y étais rendu pour la raison que lors de notre séjour précédent, Kate en avait filmé les collections de manière apparemment exhaustive, sans opérer de choix parmi les objets exposés – une locomotive, une pirogue, un buste de Toussaint-Louverture, un cabinet dentaire reconstitué, des costumes, le portrait d’un petit garçon noir ayant fui l’esclavage et devenu tambour dans l’armée nordiste… -,un peu, me semble-t-il, comme elle avait filmé dans l’avion les consignes de sécurité, ou dans la cathédrale le DVD retraçant l’histoire de celle-ci.
Ne manquez pas le billet de La Liseuse à propos de ce livre avec un complément très intéressant sur Flannery O'Connor.
J'ai apprécié également les critiques parues dans l'Express et Libération.

Le 11 juin 2015, la radio FIP avait consacré une émission à ce livre, avec une mise en ondes que l'on peut ré-écouter ici.

vendredi 10 mars 2017

Sagan et fils

Sagan et fils – Denis Westhoff

Stock (2012)

Extrait page 11
Les temps sont durs depuis que Sagan n’est plus là pour faire des bêtises. La légende Sagan n’a plus la vie facile. D’une certaine manière, et un peu par la force des choses, aujourd’hui c’est moi qui l’ai récupérée, recueillie. Je ne peux pas dire qu’elle ne soit pas agaçante, avec sa manie de répéter tout le temps les mêmes histoires, mais au fond elle est plutôt gaie et assez confortable. Gaie parce qu’il est vrai, disait ma mère, que « boîtes de nuit, whisky et Ferrari valent mieux que cuisine, tricot et économies », et confortable parce que les gens ont tendance à s’y conformer. Cette légende me fait penser à une colocataire bavarde, un peu encombrante, mais toujours de bonne humeur, à qui vous confiez vos visiteurs les plus barbants, ceux dont vous ne parvenez plus, en fin de soirée, à vous dépêtrer. Mais le principal attrait de cette légende – et ce qui la caractérise très particulièrement par rapport à ma mère – est qu’elle a un tas, je dirais une multitude d’histoires à raconter. Je crois qu’il existe peu de personnalités – de « pipaule » comme j’ai vu un jour écrit dans la presse – dont la légende soit aussi riche, aussi variée, et dont la vitalité et la longévité soient telles. Au faîte de la gloire de ma mère, au cours des mois puis des années qui ont suivi Bonjour tristesse, la légende avait pris une telle ampleur qu’elle avait pratiquement phagocyté son nom et le fait qu’elle fût écrivain. Sagan n’était plus qu’une légende. On pourrait presque dire qu’une légende était Sagan.
Dans l’introduction d’où provient cet extrait, Denis Westhoff, le fils unique de Françoise Sagan, explique comment il a été amené à écrire ce livre sur sa mère. Il souhaitait rétablir une certaine vérité, car il avait été choqué de certains propos qu’il avait pu lire dans les biographies consacrées à Sagan. Il voulait montrer que sa mère ne se limitait pas au personnage que la légende avait créé, qu’elle était un écrivain, une femme, une mère, une amie. Ce sont toutes ces facettes qu’il présente dans ce livre, écrit avec le cœur, tout en ayant conscience qu’il n’a connu de sa mère que la moitié de sa vie à elle et que son récit est donc forcément partial.

Un livre sincère, émouvant, qui présente Sagan sous un jour inhabituel mais ça fait du bien de la voir autrement que comme une fêtarde, qu’elle a bien sûr été à certaines périodes de sa vie, une consommatrice de substances illicites – aucun doute à ce sujet non plus. Un livre qui confirme l’élégance en toutes occasions de cette femme, son humilité par rapport à son œuvre, sa fidélité en amitié. Un livre qui me donne envie de découvrir les œuvres de maturité de Sagan, moi qui me suis jusqu’à présent limitée à ses premiers romans. Il y a bien longtemps que je ne l’ai plus lue…

D'autres avis sur Babelio et la critique de Télérama,

vendredi 24 février 2017

Parmi les dix milliers de choses

Parmi-les-dix-milliers-de-choses-Julia-Pierpont-Rue-de-Siam

Parmi les dix milliers de choses – Julia Pierpont

Éditions Stock (2016) – collection La Cosmopolite
Traduction de Aline Azoulay-Pacvoň


C’est une famille apparemment heureuse de Manhattan : Jack, un artiste plasticien, Deborah, qui a été danseuse, et les deux enfants. Kay a onze ans et se fait malmener par ses camarades de classe. Simon, quinze ans, est comme tous les ados de son âge, pas toujours facile à vivre et mal dans sa peau. Cette illusion du bonheur va être remise en question par un simple paquet contenant des impressions d’e-mails échangés par Jack et la maîtresse qu’il vient de quitter sans explications. Celle-ci a décidé d’envoyer les preuves de leur relation à Deborah. Malheureusement, le portier de l’immeuble remet le colis à Kay qui s’imagine qu’il s’agit d’un cadeau pour son anniversaire et qui commence à lire les courriers.
La réaction des enfants est brutale, ils ne veulent plus parler à leur père. Deborah, elle, n’est pas surprise car elle savait son mari infidèle, sans en connaitre les détails. Elle lui en veut d’avoir rendu possible une telle situation et elle s’en veut également, car elle aussi, elle a été la maitresse de Jack alors qu’il était marié à une autre, qu’il a quittée pour elle. Dans les détails scabreux qu’elle a lus dans les mails du colis, elle a retrouvé leurs pratiques d'autrefois. Et elle se sent coupable vis-à-vis des enfants de ne pas les avoir protégés de ce bouleversement dans leur vie.


C’est une histoire menée avec brio. L’auteur se glisse tour à tour dans la peau des quatre membres de la famille pour nous faire ressentir comment chacun vit la situation. Et ainsi, le lecteur ne peut blâmer personne, chacun a ses raisons d’agir, chacun croit faire pour le mieux, avec ses maladresses et ses faiblesses.

Parmi les dix milliers de choses est le premier roman d’une jeune femme de vingt-huit ans, publié alors qu’elle était encore étudiante à l’université de New York et suivait en particulier la classe d’écriture de Zadie Smith. Certes, elle a reçu aussi les conseils de Jonathan Safran Sfoer. Mais j’ai trouvé qu’elle faisait déjà preuve d’une grande maturité dans sa façon de traiter cette histoire, en faisant des allers et retours dans le temps, afin de ne pas laisser son lecteur dans l’incertitude.
Évidemment, je ne suis pas toujours impartiale vis à vis des histoires de familles éclatées, c’est un sujet qui me touche, trop parfois, mais ici, j’ai pu le lire sans difficultés et j’ai été séduite par ce roman et par la maîtrise de cette jeune auteure.

Deux extraits :

Page 62 :
Tout de même :
Ce n’est pas comme si j’avais tué quelqu’un.
Voilà, c’était sorti. Parce que, au bout du compte, il n’avait pas le sentiment d’avoir commis un crime si affreux. Il s’était appliqué à ne jamais rien promettre à la fille. Il l’avait même encouragée à sortir avec d’autres. Deb aurait sans doute besoin de temps et de patience pour lui pardonner, mais là, dans son atelier, au milieu de ses outils, Jack sentit qu’il était sur le point de se pardonner lui-même.
D’accord, c’était difficile pour les enfants, mais c’était la raison pour laquelle il voulait leur expliquer, leur expliquer qu’ils n’avaient absolument rien à voir avec ça. Peut-être était-ce le plus dur à accepter : que la vie de leurs parents ne se résumait pas à eux.
Page 150 :
Nous pensons vivre notre vie dans un entre-deux, après ceci et avant cela, mais c’est l’entre-deux qui a duré.

A lire ailleurs : 

Des billets chez Blablablamia, Melly lit et Cathulu et un article dans le New York Times.
Le début du roman est à lire ici.

jeudi 23 février 2017

Le grand combat

Le-grand-combat-Ta-Nehisi-Coates-Rue-de-Siam

Le Grand combat - Ta-Nehisi Coates

Autrement (2017)
Traduit de l’anglais par Karine Lalechère

Fin des années 1980 à Baltimore, West Baltimore plus précisément, un quartier où règne la violence et le crack. Ta-Nehisi est encore enfant, vit avec ses parents et les nombreux enfants que son père a eu avec trois autres femmes. Paul Coates, retiré des Black Panthers, travaille à l’université de Howard, La Mecque des étudiants afro-américains, et a également une activité d’impression des grands textes des auteurs et militants de la cause noire américaine. Paul souhaite que tous ses enfants puissent échapper à la violence et aux trafics qui les menacent, l’univers de la drogue et des gangs où il est si facile de plonger. Il les incite à lire les écrits qu’il publie, les pousse à se cultiver et à entrer à l’université. Ta-Nehisi est timide, peu sûr de lui, très admiratif de son grand frère Bill qui sait faire le coup de poing quand il le faut. C’est son enfance et son adolescence qu’il nous raconte dans ce livre, paru aux États-Unis en 2008 et qui vient d’être traduit en français.

Ce que j’ai aimé dans ce livre :

C’est le récit du quotidien de ces jeunes des quartiers-ghettos et la peur ou la rage qui les habitent, le combat que doivent mener sans cesse les parents pour mener leurs enfants vers la réussite, l’énergie qu’ils doivent déployer pour les sortir de la médiocrité, pour leur donner envie d’utiliser leurs capacités au mieux et pour qu’ils aient confiance en eux.

Ce que j’ai moins aimé :

Ce qui a rendu cette lecture assez difficile, ce sont les références qui apparaissent sans cesse, références à des militants de la cause noire, à des évènements importants, à des groupes de hip-hop et de rap dont est Ta-Nehisi est très friand, références à des sportifs qui sont des modèles pour lui. Bien sûr, il y a un glossaire en fin d’ouvrage qui explique que sont ces références mais cela nuit à la fluidité de la lecture. Personnellement, à part Malcolm X et Martin Luther King, je connais peu des personnes citées et leur importance dans le combat des droits civiques a été difficile à percevoir.

Une bonne idée de l’auteur :

Il fournit une playlist pour chaque chapitre, ce qui donne l’occasion au lecteur d’appréhender l’ambiance musicale où a baigné Ta-Nehisi Coates. Principalement du Rap.
Exemple, pour le 1er chapitre :
  • Children's Story, Slick Rick (1988)
  • Sucker MCs, Run DMC (1983)
  • Latoya, Just Ice (1986)
  • I Can't Live Without My Radio, LL Cool J (1985)
  • Smooth Operator, Big Daddy Kane (1989)
  • Looking For the Perfect Beat, Afrika Bambaata (1983)

En résumé :

Un témoignage coup de poing sur la jeunesse d’un garçon voué à être un Bad Boy et qui est devenu journaliste et écrivain.
En 2015, il a reçu le National Book Award pour son livre « Une colère noire ».

Merci à Babelio et aux éditions Autrement qui m’ont envoyé ce livre dans le cadre de l’opération Masse Critique.


tous les livres sur Babelio.com

mardi 21 février 2017

De face sur la photo

De-face-sur-la-photo-Ronit-Matalon-Rue-de-Siam

De face sur la photo – Ronit Matalon

Actes Sud (2015)
Traduit de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech

Chronique d’une famille de juifs égyptiens qui ont dû quitter le Caire. La plupart se sont établis en Israël. L’un des fils, l’oncle Cigurel comme l’appelle Esther, la narratrice, a préféré l’Afrique, où il a mené des affaires, pas toujours avec succès. Après le Gabon, il est maintenant au Cameroun, à Douala, où il dirige une entreprise de pêche. C’est dans son bureau sombre et envahi par les odeurs de poisson que le découvre Esther, à son arrivée pour un long séjour dans cette famille qu’elle ne connait pas.

Chaque chapitre commence par une photo, présente dans le livre ou manquante. Dans ce cas, il n’y a que le cadre et la légende, mais qu’importe. Esther, dans tous les cas, nous décrit le cliché et les circonstances de sa prise, qu’elle tient des récits de sa mère, Inès, ou de sa grand-mère, Nonna Fortunée, devenue aveugle au fil des ans. Et ainsi, tantôt au fil des souvenirs, tantôt comme témoin de son expérience au côté de l’oncle Cigurel, elle nous raconte le passé et le présent de cette tribu, sa propre découverte de la vie coloniale en Afrique, la difficulté de ne pas se laisser engluer dans la torpeur des journées toutes identiques.

 C’est un roman où j’ai eu un peu de mal à entrer, ne comprenant pas bien où l’auteur voulait nous emmener. Les allers et retours du récit entre passé et présent, le changement de narrateur – tantôt c’est Esther qui s’exprime, tantôt c’est une voix externe – tout cela est un peu troublant au début. Et puis, je me suis laissée porter par cette histoire, ces personnages dont la vie s’articule petit à petit, se déroulant finalement comme une fresque nostalgique et intimiste, où l’on a plaisir à découvrir au fur et à mesure les rouages des relations familiales, les secrets et les non-dits, les manigances des uns et des autres, les arrangements avec la vérité. La vie n’est pas un long fleuve tranquille !

Extrait page 18-19 :

Au-dessus de nous, les fenêtres du bureau sont éclairées d’une lumière jaunâtre. L’oncle Cigurel fait la cour à ses commerçants libanais qui veulent acheter ses crevettes au meilleur prix. Il a une mentalité, comment dire, de pacha : il passe des heures avec ses gros clients libanais couverts de brillants clinquants et, de temps en temps, les nourrit d’un morceau de loukoum aux pistaches, d’une demi-olive syrienne de qualité douteuse, d’une bouchée de merguez ou de gruyère mou, presque à tartiner, pendant qu’ils agitent des glaçons dans des verres pleins de pastis ou de Ricard.
Les gros vieux renards et l’oncle Cigurel passent des heures ainsi à négocier dans un nuage épais de cigares et d’odeurs humides et âcres de mer et de pêche, ils tournent en rond presque sur la pointe des pieds et effleurent à peine ce qu’il ne faut pas dire, qui est sans cesse au milieu d’eux et sape l’apparence de l’amitié, de la bonne volonté et des bonnes paroles : l’argent.
Mme Cigurel ne tient plus :
-    Chouchou, minaude-t-elle, Chouchou, c’est ta nièce, elle est arrivée.
Après avoir rédigé ce billet, j'ai trouvé cette interview de Ronit Matalon à propos de ce livre et elle exprime parfaitement ce que j'ai ressenti à cette lecture.


Ronit Matalon - De face sur la photo par Librairie_Mollat

Si vous souhaitez découvrir ce livre, lisez le premier chapitre sur le site d'Actes Sud et laissez vous emporter !

Ronit Matalon a aussi écrit Le bruit de nos pas (Stock 2012) que j'ai très envie de découvrir maintenant. 

mardi 14 février 2017

Jacob, Jacob

Jacob-Jacob-de-Valérie-Zenatti-Rue-de-SiamJacob, Jacob - Valérie Zenatti

Éditions de l'Olivier (2014)

Jacob a dix-neuf ans, il habite avec sa famille dans le quartier juif et arabe de Constantine, en Algérie. Il est le dernier enfant d’une famille d’artisans, des cordonniers très pauvres. Il est né tardivement après ses frères et contrairement à eux, il a pu poursuivre ses études. Il vient de passer le baccalauréat, il est bon élève, aime la lecture. En ce mois de juin 1944, Jacob doit partir faire son service militaire, et après de brèves classes, il est enrôlé dans l’armée du général de Lattre de Tassigny et va participer au débarquement de Provence. Occasion pour lui de découvrir la France, qu’il ne connait qu’à travers les livres et l’enseignement qu’il a reçu, occasion de sortir brutalement de l’enfance, confronté à la violence des combats, à l’horreur de la guerre qui décime petit à petit ses camarades venus comme lui d’Algérie. Lui-même n’en réchappera pas, fauché par une rafale en Alsace en décembre 44.
A Constantine, la vie continue. La mort de Jacob ne sera connue de sa famille qu’un mois après et sa dépouille ne sera rapatriée qu’au bout de trois années. Mais Jacob survivra dans la mémoire de ceux et de celles qui l’ont connu et sa photo de soldat aux côtés de ses camarades suscitera longtemps après la curiosité de sa petite-nièce et aboutira à l’écriture de ce magnifique hommage.

C’est un court roman mais pourtant, il porte une émotion et une force telles que j’ai l'impression d'avoir lu une saga familiale. La prose de Valérie Zenatti est belle, fluide, elle se déroule comme une mélopée au travers de phrases très longues*, que l’on lit comme l’on regarderait un plan-séquence au cinéma, et que l’on termine presque à bout de souffle.

J’ai été aussi touchée par les personnages de ce livre : Jacob, bien sûr, dont le destin est si injuste, mais aussi les figures féminines de son entourage. Il y a Rachel la mère, vieille femme usée par la vie, dévouée à ses fils et soumise à l’autorité du père ; Madeleine, la belle-sœur, mal-aimée par son mari, fatiguée par les enfants et les tâches ménagères ; Lucette la lycéenne qui rêve en secret de Jacob ; Camille, l’une de ses nièces, que Jacob fait quelquefois voler comme un avion et qui voudrait tant pouvoir faire les mêmes choses que les garçons. Et puis j’ai aimé aussi les descriptions de Valérie Zanetti qui trouve toujours les mots justes, que ce soit pour évoquer les couleurs de Constantine, l’enfer des combats, l’espoir d’une mère ou l’histoire familiale.


Extrait page 11 :
Jacob jette un coup d’œil à la montre reçue pour ses treize ans. Portée au poignet, elle lui donne une allure plus dégagée que les montres de gousset de ses aînés imposant la lenteur, un arrêt pour être sorties de la poche, alors que lui peut consulter la sienne d’un bref regard. Six ans que les aiguilles marquent le temps pour lui, la trotteuse est agaçante et fascinante, toujours trop pressée, accélérant le temps quand lui voudrait le retenir, Jacob rêve, souvent, il pense au premier jour où il a traversé le pont suspendu avec Abraham, ce n’était peut-être pas la première fois d’ailleurs, mais c’est le premier souvenir qu’il en a. Il s’était arrêté pour regarder en bas, son frère l’avait tiré par la manche, viens, c’est dangereux, ne te penche pas, mais il s’était senti absorbé par le vide sous lui, minuscule et puissant, il dominait la ville et les gorges, c’était grisant d’être au-dessus, lui qui d’ordinaire devait lever la tête s’il voulait voir autre chose que les genoux des adultes, les pieds des tables et les éclaboussures maculant les murs dans la rue ; il avait tendu les bras pour toucher le ciel, découvert la peur délicieuse qui étreignait tous ceux qui passaient sur le pont, si extraordinaire qu’il fallait quatre noms pour le désigner, le pont suspendu, le pont Sidi M’cid, le pont du Rhumel, la passerelle des vertiges.
Le pont Sidi M'cid à Constantine
Source photo : un site très intéressant sur la ville de Constantine.

Une lecture émouvante qui signe ma première rencontre avec Valérie Zenatti.

Dans cette vidéo de la librairie Mollat, elle explique sa découverte de Jacob.





* Pour illustrer ces longues phrases, je vous propose ma lecture d'une d'entre elles qui commence page 37 et se poursuit page 38. Tant de choses s'expriment entre la majuscule du début et le point final !



lundi 30 janvier 2017

Horrostör

Horrorstör-Grady-Hendrix-Rue-de-Siam
Horrorstör – Grady Hendrix
Éditions Milan et demi
Traduit par Amélie Sarn


Ce qui attire à la découverte de ce livre sur les présentoirs de la médiathèque, c’est d’abord la couverture. On croirait qu’il s’agit du catalogue d’un magasin de meubles et d’accessoires suédois bien connu. Quand on le feuillette, l’illusion continue, sauf que le magasin en question s’appelle Orsk, qu’il y en a des répliques un peu partout dans le monde et que sa « philosophie » ressemble à s’y méprendre à son concurrent. 
Mais dès la page 9, l’illusion s’arrête, au moins provisoirement, car il s’agit bien d’un roman, qui se déroule dans le magasin Orsk de Cleveland, siège depuis quelques semaines d’étranges phénomènes nocturnes. Au matin, les employés découvrent des dégradations dans les rayons mais les caméras de surveillance ne sont d’aucun secours : rien n’est visible sur les enregistrements. Le chiffre d’affaire est en baisse, une visite de responsables envoyés par le siège de l’entreprise est prévue. Aussi Basil, le gérant, a-t-il décidé de mettre les moyens pour redresser la barre. Il va passer la nuit dans l’établissement et a demandé à deux employées de l’assister : Ruth Ann, l’employée modèle qui a fait toute sa carrière chez Orsk et Amy, le vilain petit canard qui a demandé sa mutation vers un autre magasin du groupe. Amy n’a aucune envie de passer la nuit à traquer les voyous en compagnie de Basil avec qui elle ne s’entend pas du tout. Mais celui-ci lui fait miroiter le bénéfice que cette mission inhabituelle pourrait apporter à l’aboutissement de sa mutation et Amy se laisse convaincre. Pas sûr qu’elle aurait pu imaginer ce qu’ils allaient découvrir au cours de cette nuit, sans doute la plus longue et la plus périlleuse de leur vie !

Moi non plus, je n’avais aucune idée de l’intrigue dans laquelle j’allais m’embarquer en commençant ce livre. Au début, on s’attend à y trouver une critique des méthodes de management pratiqué dans ce type de magasin, copie conforme du Suédois réputé, et puis l’aventure change de cap. Les rayons harmonieux et si bien agencés se transforment en un univers d’horreur et de science-fiction inattendu.
Le suspense est bien entretenu, c’est la raison pour laquelle j’ai mené ma lecture jusqu’au bout, curieuse de savoir comment Amy se sortirait de l’aventure. Mais je ne suis pas fan de ce genre d’histoire, je n’aime pas trop me faire peur, même si la cause en est des créatures surnaturelles auxquelles je ne crois pas. Enfin, je ne veux pas trop en dire pour ne pas gâcher le plaisir des adeptes.
Ce qui me restera néanmoins de cette lecture, c’est la façon dont l’auteur sait exploiter à merveille la configuration spatiale du magasin pour y placer ses personnages. Je crois que j’aurai un petit frisson lors de mes prochaines visites chez le Suédois !

mercredi 18 janvier 2017

Mariage en douce

Mariage-en-douce-Ariane-Chemin-Rue-de-Siam

Mariage en douce – Ariane Chemin

Équateurs (2016)

Le 16 octobre 1963, dans un petit village de Corse, a eu lieu le mariage de Romain Gary, diplomate et écrivain, avec Jean Seberg, actrice et égérie de la Nouvelle Vague. Cette union a été célébrée dans le secret le plus complet, loin des paparazzis qui pistaient le couple depuis des mois. Ariane Chemin a mené l’enquête pour comprendre comment s’était organisé l’évènement, préparé comme un véritable complot par un ancien militaire, agent des services du renseignement.

Ce petit livre, moins de cent soixante pages, est intitulé récit mais se lit comme un roman, roman d’espionnage, roman d’amour, roman d’une époque. Il est à la fois le journal de l’investigation qu’a menée la journaliste Ariane Chemin pour mettre au jour les rouages de l’organisation de cette journée du 16 octobre 1963 et un travail de reporter sur ces deux personnages qu’étaient Romain Gary et Jean Seberg. Lui, ancien aviateur et compagnon de la libération, diplomate, écrivain, deux fois prix Goncourt et elle, actrice américaine ayant tourné aussi bien avec Preminger qu’avec Godard, engagée dans la défense des droits civiques et à cause de cela, black listée par le FBI. Deux personnalités sur lesquelles planent encore des mystères, dont ceux de leurs suicides : Jean Seberg retrouvée morte dans sa voiture en 1979 et Romain Gary, tué d’une balle dans la bouche à son domicile le 2 décembre 1980.

J’ai dit plus haut que j’ai lu ce livre comme un roman, sans doute parce qu’il en a de nombreuses caractéristiques : une construction qui ménage le suspense, des allers et retours dans le temps pour rappeler qui étaient Seberg et Gary, un style tantôt précis et journalistique, tantôt libre, fluide et imagé. Et ce sont les vies elles-mêmes de cet homme et de cette femme qui apportent à ce livre cette base romanesque, car leur amour a persisté au-delà de leur mariage. Romain Gary a toujours soutenu son ex-femme, allant jusqu’à reconnaitre l’enfant mort-né qu’elle a eu avec un autre, pour la protéger des accusations du FBI.

Une belle réussite, à découvrir sans hésiter !

Extrait page 11 :
Par quel lacet de l’imaginaire ce mariage s’est-il mis à me hanter ? L’enfant bohème de Vilnius uni à la petite Wasp déboulant des plaines de John Wayne et de Ronald Reagan. Une éducation européenne, et une enfance américaine. Vingt-quatre ans pour elle, quarante-neuf pour lui. Comme tout le monde, j’avais lu Gary, ce héros qui sait si bien parler des mères, putains ou fiancées. Je l’avoue, j’étais moins sensible à son épopée virile qu’à la fragilité un peu déjantée de Jean. J’ai toujours eu un faible pour les âmes errantes vouées aux passions barzingues. Dans le couple, c’est elle qui m’intriguait. La blonde. L’ardente, l’amoureuse, l’idéaliste. La pin-up. La fêlée.


D'autres avis chez Nadège, Delphine et Christophe Laurent qui n'a pas du tout aimé.




Cinquième lecture dans le cadre du challenge 1% rentrée littéraire 2016.